Cyber-harcèlement : comment protéger son enfant sur Internet ?
Si vous aimez alors partagez

Personne n’est à l’abri du cyber-harcèlement, mais les enfants sont les plus exposés. Ceci ne doit pas constituer une raison de les interdire d’échanger avec leurs connaissances sur les réseaux sociaux. La meilleure réaction pour les parents est de leur expliquer les menaces que représente Internet. Vous devez leur faire comprendre les informations qui doivent rester personnelles et la responsabilité pénale liée aux éléments qu’ils diffusent.

Un enfant comme un adulte a les mêmes droits numériques en ligne. Pour le protéger contre le cyber-harcèlement, il n’est pas impératif de l’espionner ou de surveiller ses faits et ses gestes sur Internet. Voici donc quelques mesures pour établir une protection au cyber-harcèlement sur quelques-uns des plateformes d’échanges.

Snapchat

La manipulation de Snapchat est beaucoup plus complexe comparée aux autres réseaux sociaux. Vous devez vous familiariser avec Snapchat pour comprendre tous les rouages. Ceci vous permettra d’instaurer une meilleure protection pour votre enfant, conseille la juriste Claire S. À l’activation du profil, on vous proposera « l’ajout d’un numéro de téléphone » et vous pouvez l’accepter ou le refuser. Il serait plus judicieux de refuser cette proposition pour que l’internaute lamda ne puisse avoir le numéro de votre enfant.

Afin de ne pas être atteint par les piratages, il faudra bien paramétrer le compte. Commencez par activer l’authentification pour garantir la sécurité du compte. Si quelqu’un se connecte sur le compte, vous aurez une notification ou un SMS pour vous prévenir.

Par ailleurs, votre enfant pourra recevoir des publicités, ce qui est illégal s’il est mineur. Cette publicité va lui rediriger vers un site où on peut demander des données personnelles. Ces publicités sont très attrayantes et l’utilisateur mineur pourrait être tenté de cliquer dessus. Pour éviter cela, il faut désactiver les paramètres dans l’organisation des annonces.

Facebook

Facebook est prohibé aux enfants moins de 13 ans. Si votre enfant a l’âge requis et qu’il vous demande d’ouvrir son compte Facebook, vous devez également prendre des précautions pour le protéger contre le cyber-harcèlement.

À l’ouverture du compte, on vous demandera plusieurs informations telles que les données liées à votre vie privée, mais ne remplissez pas les champs qui sont optionnels. Qu’il s’agisse d’un compte déjà actif ou d’un nouveau compte, il faut aussi faire quelques paramétrages sur la confidentialité. Facebook peut afficher certaines informations de votre vie privée comme votre numéro de portable ou votre mail. Afin que ces informations ne soient pas visibles, il vous suffit de les cacher dans le paramétrage du compte. Lorsque vos amis vous taguent dans des publications, l’utilisateur Facebook s’expose à des campagnes de cyber-harcèlement. Afin d’éviter ceci, vous devez activer l’examen des publications.

Instagram

Lors de la création du profil sur Instagram, restez près de votre fils ou de votre fille. Indiquez bien que l’utilisateur est mineur. Cette information est importante, car on lui enlèvera certaines publicités et les contenus sensibles.

Quand vous créez ensemble le compte, zappez les questions qui ne contiennent pas les astérisques rouges marquant l’obligation d’information. Si Instagram demande les données personnelles, c’est pour les utiliser à des fins commerciales sur ce réseau social, mais aussi sur Facebook qui est la maison mère. Pour le paramétrage du compte, rendez-vous dans le programme « confidentialité du compte » afin de le mettre en privé. Ceci évitera aux internautes inconnus de voir les images que publie votre enfant. Cette configuration est très primordiale, car elle va permettre de diminuer les risques de cyber-harcèlement et de menaces pédophiles sur Instagram.

Dernier conseil pour les mineurs qui vont sur YouTube

Si vous vous êtes servi d’un compte Gmail pour la création du profil sur une plateforme d’échanges et qu’il a été mentionné que l’utilisateur est un mineur, Google va supprimer certains contenus, notamment certaines vidéos sur YouTube. Pour renforcer cette sécurisation, si votre fils ou votre fille est encore très jeune, téléchargez et installez l’application YouTube Kids. Un adolescent refusera sûrement l’installation de YouTube Kids, mais vous pourrez faire quelques paramétrages en installant l’application FamilyLink. Cette dernière permet de mieux gérer la consommation de vidéos. Vous pouvez même limiter l’accès à YouTube à des horaires.


Si vous aimez alors partagez
News Reporter

Laisser un commentaire